Le temps d'une poignée de main
ISBN : 9782919372539
Parution : 30 nov.. 2015
144 pages
130 × 195 mm
PVP : 12,50 €

Le temps d'une poignée de main

Martin Melkonian
Sur les quelque trois mille lettres de Stéphane Mallarmé lues relues, méditées, l’évidence est apparue à Martin Melkonian de mettre en valeur, dans le présent florilège, les formules de politesse qui s’y entremêlent et qui, pour une bonne part, les agrémentent. Ainsi surgit, par la médiation de la main que tend le poète, une riche palette d’émotions. Qu’elle soit protocolaire, amicale, affectueuse, câline ou déterminée, cette main est toujours en quête de celle de ses correspondants. Le lecteur la découvrira semant d’authentiques bijoux littéraires.
  • Martin Melkonian De 1984 à nos jours, Martin Melkonian a construit une œuvre d’écrivain. Le récit, l’essai, le journal intime et les aphorismes sont ses genres littéraires de prédilection. Parmi plus de 25 publications, on retiendra : Le Miniaturiste, initialement paru au Seuil, réédité en 2006 chez Parenthèses ; Arménienne, paru en 2012 chez Maurice Nadeau. Offrant toujours des perspectives originales tant sur les œuvres que sur les artistes, il s’est intéressé en particulier à Edward Hopper, Clara Haskil et Roland Barthes. Il est né en 1950, à Paris.

On en parle !
  • " Martin Melkonian rappelle la « fiction de l’absence » propre à toute écriture qui présente les êtres et les événements en leur absence, par un choix typographique : le texte occupe une page sur deux, faisant face à une page toujours blanche. (...) Martin Melkonian nous convie à un parcours ouvert dont la musicalité annihile tout sentiment de monotonie. Chaque lecteur, spectateur d’un corps en suspension, devient le destinataire d’un élan d’écriture chargé d’affectivité." La lettre et le corps. Gérard Malkassian

    Nouvelle d'Arménie Magazine. Janvier 2016
  • (...) À l’heure des échanges par textos, mails, tweets, et autres smileys, Martin Melkonian met en lumière des élégances qui ont disparu, ne serait-ce qu’à cause de l’usage sans frein des outils modernes de la communication. Saluons son ambition à vouloir fondre un médaillon à l’effigie de celui qu’il appelle avec révérence et justesse « l’ami poétique numéro un ».
    Ouvrez vite cet ouvrage original dont la maquette inédite ne manquera pas de vous séduire, car elle offre une évidence et un confort de lecture inégalés. Typographiquement, donc visuellement, ce sont parfois deux mains, deux mains humaines, qui se tendent vers vous. Tant il est vrai que dans Le temps d’une poignée de main, page après page, c’est l’émotion qui l’emporte. Nathalie Doyen

    Revue Traversées. Mars 2016
    Traversées